En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation simplifiée et la réalisation de statistiques de visites. Politique de confidentialité en bas de page. En savoir plus.

Accueil


Ce site est à destination des acteurs impliqués dans les différents travaux du SINP. Il présente l’état d’avancement et l’organisation des différents projets, et fournit les documentations associées (compte-rendu de réunion, etc.). La présentation générale des programmes ainsi que les documents de référence sont disponibles sur le site de l’INPN.



Le Système d’Information de l’iNventaire du Patrimoine naturel (SINP) est établi pour soutenir la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des inventaires mentionnés au I et au II de l’article L. 411-1 A du code de l’environnement.

Le SINP est un système d’information décentralisé reposant sur un dispositif partenarial entre le Ministère chargé de l’environnement, les associations, les collectivités territoriales, les établissements publics ou privés, les services de l’Etat, etc. Il vise à structurer les synergies et les coopérations entre les acteurs œuvrant pour la production, la gestion, le traitement, la valorisation et la diffusion des données relatives à l’Inventaire du Patrimoine Naturel (IPN) institué en application du I de l’art. L411-1 A du code de l’environnement. On entend par inventaire du patrimoine naturel, l’inventaire des richesses écologiques, faunistiques, floristiques, géologiques, pédologiques, minéralogiques et paléontologiques. Le SINP porte sur l’ensemble du territoire national terrestre, fluvial et marin.

Le SINP a pour objet de structurer les connaissances sur l’état et sur les tendances de la biodiversité au rang des espèces et des populations (faune, flore, fonge), des communautés d’espèces, des écosystèmes (les habitats naturels ou semi-naturels, ainsi que les biotopes, milieux et physionomies de végétations), et sur le patrimoine géologique afin de mettre à disposition ces connaissances au plus grand nombre, de manière utile et fiable, et selon les réglementations en vigueur. Il a l’ambition de couvrir les données de ce périmètre issues des domaines de la paléontologie, de la pédologie ou de la minéralogie sans toutefois interférer avec les organisations particulières en place sur ces disciplines.

Le SINP est constitué d’un réseau d’acteurs qui mettent en partage les données (biodiversité et géodiversité) qu’ils détiennent selon un ensemble de méthodes et de règles communes. Le dispositif doit ainsi permettre d’améliorer la gestion et la circulation d’informations de qualité en offrant un cadre méthodologique de référence.

Le SINP porte sur l’état actuel ou passé de la biodiversité et de la géodiversité. Il couvre les grandes classes d’information que sont :

  • les données d’observation directe ou indirecte, telles que le relevé de la présence ou de l’absence d’un taxon, d’un habitat ou d’un composant de géodiversité, les caractéristiques d’individus d’une espèce, la surface ou la structure d’un habitat ou encore la composition ou l’effectif d’une communauté d’espèces ou d’un complexe d’habitat ;

  • les données de synthèse telles que les données issues de traitement, de barcoding, d’agrégation, de modélisation ou d’expertise comme par exemple les ZNIEFF, les sites géologiques de l’INPG ou encore les cartes de répartition d’espèces ou d’habitats ;

  • les données descriptives, telles que les bases de connaissance sur les traits de vie, les paramètres environnementaux ou encore les relations entre les différents composants (interaction entre espèces, lien espèce-habitat, etc.) ;

  • les données de référence, éléments d’interopérabilité du système d’information, telles que le référentiel taxonomique (TAXREF) ou encore le référentiel des typologies d’habitats (HABREF).

  • les métadonnées, informations descriptives des données, quel que soit leur type, permettant de préciser des éléments relatifs à un lot de données (production des données brutes, production d’un référentiel, d’une synthèse…). Les métadonnées décrivent des éléments de contexte précisant les acteurs impliqués, les méthodologies et le contexte de l’acquisition de ces données.

Le SINP s’applique par défaut en métropole et dans les collectivités relevant du code de l’environnement (départements d’outre-mer, Terres australes et antarctiques françaises, Saint-Pierre-et-Miquelon). Les autres collectivités d’outre-mer peuvent, si elles le souhaitent, s’inscrire dans la démarche du SINP.

Les connaissances ainsi partagées doivent notamment permettre l’élaboration et le suivi des politiques publiques, la mise à disposition des citoyens d’informations suffisantes pour permettre le débat public, de faciliter la prise de décision dans un cadre démocratique, de décloisonner les informations entre autorités publiques, citoyens et acteurs économique et de permettre les rapportages correspondants aux engagements européens et internationaux.

S’abonner à la lettre d’information du SINP

Télécharger le logo du SINP